Section secondaire du Collège Saint-Pierre
Vous êtes ici: Accueil -Charte et règlements

A propos des règlements...

Chaque élève ainsi que ses parents prendront effectivement connaissance du règlement d’ordre intérieur et du règlement des études, tous deux repris dans le journal de classe. La direction, les éducateurs et l’équipe professorale attendent des parents une collaboration réelle et quotidienne afin d’œuvrer ensemble au respect de l’esprit et de la lettre de ces deux règlements, notamment sur les plans des retards et absences, de la tenue vestimentaire, mais également quant à l’usage de GSM, MP3,...


Les parents doivent assumer les tenants et aboutissants d’une organisation, d’un projet pédagogique et éducatif, mais aussi des règlements d’ordre intérieur et des études, liés à leur choix du Collège pour la scolarité de leurs enfants.

Nous souhaitons également insister sur le 3e point de la charte, qui indique que l’élève s’engage à tout mettre en oeuvre pour travailler dans de bonnes conditions, notamment en étant ponctuel et en disposant du matériel pour participer au cours. Trop d’élèves ne respectant pas ce point précis, nous mettrons en place des moyens coercitifs, propres à les responsabiliser davantage.

Remis sur le métier en 2006- 2007, le règlement d’ordre intérieur — dit disciplinaire — est soucieux de la lisibilité et de la précision des choses ; il veut cerner au mieux les difficultés rencontrées (retards, absences aux interrogations, usage du GSM ou de l’iPod,…) et éviter de mauvaises lectures ou des malentendus entre professeurs et élèves, mais aussi entre la direction et les parents. Par le biais de la CHARTE, nous avons voulu préciser l’esprit et l’intelligence d’un règlement qui doit régir le « vivre ensemble » de plus de 1200 élèves en secondaire au Collège. Cette charte — qui est reprise ici et comme signet dans le journal de classe — indique clairement que, comme sur le plan purement scolaire, sur le plan disciplinaire, l’élève s’engage à être un acteur conscient de son histoire au Collège Saint-Pierre.

Il faut sans doute revenir sur l’exigence du silence dans les rangs pour tous les élèves. Un système « à deux vitesses » (silence imposé aux deux premiers degrés, non au troisième) n’est pas viable dans la mesure où les plus jeunes sont constamment au contact des plus grands qui ne peuvent matériellement pas être « isolés ». L’intérêt de tous et le souci d’une entrée en classe paisible et silencieuse, qui soit déjà une mise en condition pour le travail, sont les moteurs d’une décision dont le non-respect répété (3 fois) sera sanctionné par une retenue. Nous serons pariculièrement attentifs en 2012- 2013 à cette dimension du « vivre ensemble » et d’un travail effectué dans de bonnes conditions.

Les retards répétés de 8h35 ou de 13h30 seront sanctionnés. Ainsi, trois retards (de moins de 50 minutes), durant un même trimestre, donnent lieu à une sanction. Dès ce troisième retard, ainsi que pour chaque retard supplémentaire, l’élève concerné devra rester au Collège, une heure de plus après les cours (soit de 16h10 à 17h10). En cas d’abus, il sera en outre pris des sanctions disciplinaires.

Lorsque l’élève arrive tellement en retard qu’il est dans l’impossibilité de rejoindre sa classe avant la fin de la première ou de la cinquième heure de cours, il s’agit non d’un retard, mais d’un demi-jour d’absence injustifiée. L’accumulation de ces demi-jours d’absence non justifiée peut entraîner la perte du statut d’élève régulier et l’invalidation de la scolarité.

En cas d’absence ou de retard, l’élève doit toujours s’informer auprès des professeurs sur les interrogations ou contrôles à représenter ultérieurement. Si l’absence et/ ou le retard ne sont pas justifiés, l’interrogation et/ou le contrôle non présentés seront sanctionnés par un zéro.

Au niveau de la tenue vestimentaire, en cas d’hésitation sur la conformité d’un élément de ladite tenue à l’esprit du règlement, le professeur enverra l’élève chez le sousdirecteur afin de connaître son avis sur la conformité. L’avis de Monsieur Foucart sera alors sans appel ; élève et professeur seront ainsi éclairés sur l’application pragmatique de l’article concerné, sans que l’autorité du professeur ne soit remise en question par cette « vérification ».